Les objets à la une

Käerzeform fir den Haushalt

spéit 19. – fréit 20. Joerhonnert

D’Beliichtung huet eng bedeitend Roll am häusleschen Alldag gespillt an vill Aufgaben erliichtert. Aus dësem Grond wat et noutwendeg, Beliichtung sou bëlleg an zougänglech wéi méiglech ze maachen. Am 19. a fréien 20. Joerhonnert goufen et e puer Liichtquellen, wéi Uelegluuchten, Känkien a Käerzen, déi oft aus Talg waren (Fett vun Déieren).

Käerze konnt ee kafen oder och selwer hierstellen. Beim leschte gouf eng Form benotzt, an déi den Talg, nodeem d’Wick dra war, drageschott gouf. Nom Dréchnen konnt en si einfach ëmformen.

Den Nodeel vun deene Käerze ware schwaarzen Damp beim Verbrennen, keng propper Luucht an en onangeneeme Geroch. Ënner anerem war et och schwiereg, si richteg ofzebrennen.

Moule à chandelles domestique

fin XIXème – début XXème siècle

La question de l’éclairage est essentielle pour faciliter la vie quotidienne domestique. C’est pourquoi il fallait rendre cet éclairage le plus accessible et le moins onéreux possible  possible.

Aux XIXème et début XXème siècles, il existait plusieurs sources d’éclairage possibles telles que les lampes à huile, les porte-éclats, ou la combustion de chandelles, souvent constituées de suif (graisse d’origine animale).

Les chandelles pouvaient être achetées ou issues d’une production domestique. Dans ce dernier cas, il était possible de se servir d’un moule dans lequel on faisait couler le suif après y avoir introduit une mèche. Après séchage, il suffisait de démouler l’objet d’éclairage. Les inconvénients de la chandelle étaient toutefois nombreux: fumée noire lors de la combustion, projections salissantes, odeur, fusibilité, …